top

Bébel, un magnifique sur la Croisette

Dix ans après sa dernière montée des marches, Jean-Paul Belmondo va être honoré pour l’ensemble de sa carrière.

Source : ALAIN GRASSET | Publié le 30.03.2011, 07h00 | Le Parisien

A 78 ans — il les aura le 9 avril — Jean-Paul Belmondo va retrouver la grande famille du cinéma pour son raout annuel. La star, dont le dernier film, « Un homme et son chien », de Francis Huster, est sorti en 2009, est invitée au Festival de Cannes qui se déroulera du 11 au 22 mai. La date de sa venue n’est pas encore définitivement fixée, mais ce pourrait être le 16 mai. L’acteur du « Magnifique » recevra sur la Croisette un hommage pour l’ensemble de sa carrière. Selon nos informations, il y a longtemps que les organisateurs du plus grand festival du monde l’avaient fermement invité. Mais il avait différé. Il hésitait. Sans doute en raison de son handicap physique, qui lui occasionne des difficultés de déplacement, depuis un AVC (Accident vasculaire cérébral) survenu en Corse en 2001.

Il a fini par accepter il y a quelques jours. Et l’on chuchote parmi ses proches que Bébel serait « extrêmement heureux » à l’idée de se rendre sur la Croisette le mois prochain.

Un très mauvais souvenir

Cannes, il y vient souvent en villégiature, hors festival, avec sa compagne belge, Barbara Gandolfi. Mais rien à voir avec l’ovation qui devrait accompagner sa montée des marches. Ce champion du box-office, interprète d’«A bout de souffle», « l’Homme de Rio », « Borsalino », « L’aventure c’est l’aventure », « Peur sur la ville », « l’As des as » et « Itinéraire d’un enfant gâté », des films qui repassent régulièrement à la télévision, reste l’un des acteurs préférés des Français. Et au-delà de l’Hexagone, on l’oublie souvent, le nom de Belmondo est connu dans le monde entier.
Sa venue constituera donc l’un des événements du 64e Festival. La dernière fois qu’il y a présenté un film, c’était en… 1974 avec « Stavisky », d’Alain Resnais, où il faisait partie de la sélection française. Il incarnait le fameux escroc et avait produit le film. Un très mauvais souvenir pour lui. «Stavisky» ne fut pas bien accueilli par les membres du jury présidé par le cinéaste René Clair. «Un massacre! Je ne voulais pas que le film aille à Cannes, déclara plus tard Belmondo. On m’a persuadé du contraire. Resnais n’avait pas tourné depuis cinq ans et c’est la seule fois où il s’est fait traîner dans la merde. Cannes, j’y suis allé deux fois. Pour Moderato Cantabile de Peter Brooks avec Jeanne Moreau (1960) : sifflets! Pour Stavisky : sifflets!»
Réconcilié avec le Festival en 2001, Jean-Paul Belmondo y monta les marches du Palais, à l’occasion d’un hommage à Gérard Oury qui l’avait dirigé dans « l’As des as », et auparavant dans « le Cerveau ». Dix ans plus tard, la Croisette lui déroule donc à nouveau le tapis rouge.

Jean-Paul Belmondo et sa compagne  Barbara Gandolfi

Jean-Paul Belmondo apparaît radieux au bras de sa jeune compagne Barbara Gandolfi.   Paris, le 23 septembre 2009 | LP / Olivier Lejeune