top

Faits saillants du congrès canadien de l’AVC

Parmi les recherches diffusées au Congrès canadien de l’AVC le 4 octobre figurent :

Selon l’étude PURE MIND le quart des aînés de plus de 70 ans ont été victimes d’AVC silencieux.

  • Les études canadiennes et internationales récentes, réalisées par imagerie, des cerveaux de patients de 65 ans et plus révèlent que 95 % présentent des signes de la maladie des petits vaisseaux et que ceux du quart des volontaires aînés en santé (âge moyen : 70 ans) présentent des signes de petits AVC silencieux. Chez une groupe plus jeune (âge moyen : 60 ans), ce pourcentage pourrait atteindre 14 %, selon les résultats préliminaires de l’étude canadienne PURE MIND. La recherche démontre que l’exercice physique peut contribuer à protéger le cerveau. (Embargo de diffusion jusqu’à 9 h 00 HE)

Les soins de l’AVC prodigués par une équipe de soins sauvent des vies, selon une étude publiée dans The Lancet.

  • Deux études exceptionnelles – l’une utilisant des rayons laser pour mesurer la récupération du cerveau après un AVC et l’autre démontrant les avantages d’une équipe ayant reçu une formation spécialisée en AVC – ont été distinguées au Congrès canadien de l’AVC 2011. Le Prix de l’innovation décerné par les coprésidents du congrès est allé à Thomas Harrison, PhD, chercheur à l’Université de la Colombie-Britannique. Un groupe de chercheurs australiens dirigé par la professeure Sandy Middleton a remporté le Prix d’impact pour une étude publiée cette semaine dans la revue The Lancet qui démontre que les soins donnés par une équipe ayant reçu une formation spécialisée en AVC sauvent des vies. (Embargo de diffusion jusqu’à 8 h HE)

Le taux d’AVC est élevé chez les Métis au Manitoba.

  • Le taux d’AVC chez les Métis manitobains est presque de 25 % plus élevé que pour les autres Manitobains, selon une étude réalisée par l’Université du Manitoba et la Manitoba Metis Federation. Ce taux supérieur est dicté chez les Métis de plus de 40 ans par des facteurs principaux de risque d’AVC, notamment un taux de tabagisme 53 % supérieur, un taux de diabète 34 % plus élevé et un taux d’hypertension artérielle 13 % supérieur à ceux chez les autres Manitobains. Des mesures sont envisagées pour diminuer cet écart. (Embargo de diffusions jusqu’à 12 h 01 HE)

La TéléAVC épargne vies comme argent, révèle un étude albertaine.

  • L’utilisation d’une connexion vidéo et de données pour raccorder un hôpital communautaire éloigné à des neurologues dans un grand centre offre le même niveau de soins qui si tout le monde se trouvait dans la même pièce. Les patients ruraux examinés à l’aide de la TéléAVC reçoivent un médicament crucial pour l’AVC, le tPA, à la même fréquence que les patients soignés dans les grands centres urbains. En plus de fournir de meilleurs soins dans les communautés éloignées, des projections préliminaires permettent de croire que la TéléAVC aurait pour effet d’épargner des sommes considérables en soins de santé. (Embargo de diffusions jusqu’à 12 h 01 HE)