top

Danielle : au-delà des limites

Avant que vous ne fassiez connaissance avec Mario Rabi, un ami que le GRPA m’a offert pour enrichir ma vie, je voudrais parler de son épouse : Danielle-France Gauthier, Danielle France de son nom de scène. Elle était danseuse étoile pour le Canadian Concert and artists aux États-Unis dans les années 45 à l’opéra de Montréal dans les années 60, puis elle a ouvert une école de danse où elle a continué à pratiquer son talent tout en l’enseignant à de jeunes élèves. C’était une femme d’une grande beauté et d’une grande passion. Elle venait d’avoir 50 ans lorsqu’elle a connu Mario qui venait fréquenter ses cours de danse.

L’amour qui les a uni n’a, fort heureusement, pas tenu compte des quelques 31 années qui les séparaient. Je dis, heureusement, car cela a donné naissance à un grand amour qui a perduré encore jusqu’aux derniers instants de vie de Danielle. Ensemble, ils ont évolué dans le milieu de la danse, jusqu’à ce que la vie ne les amène tranquillement vers une retraite bien méritée qui les a vus s’installer à Sainte-Marthe-sur-le-Lac où ils se sont retirés. Leur vie a été réglée entre les amis, le jardin, la maison et la nature.

Un jour de printemps, alors qu’ils devaient partir en voyage, ils étaient très occupés à ouvrir leur jardin, nettoyer les feuilles et préparer les fleurs pour leur renaissance. Danielle y mettait beaucoup d’ardeur et Mario s’inquiétait des efforts faits par son épouse pour lutter contre le temps qui avançait alors que le travail était loin d’être fini. « Arrête, lui disait-il, nous finirons demain. » Danielle faisant fi de ses recommandations lui avait fait cette réponse étonnante : « Il faut que tout soit en ordre. » et elle a continué son travail, jusqu’au bout, jusqu’à ce que la dernière feuille fut ramassée, le dernier arbuste démailloté et le dernier outil rangé dans la remise.

Alors là, brusquement, elle s’écroule, victime d’un ACV sévère. Le reste n’est que banalités pour ceux qui connaissent les ravages que peut faire un ACV et le désarroi dans lequel sont plongés ceux qui ont à le vivre. Pour Mario, cela a été dramatique. L’inconnu a été son univers jusqu’à ce qu’un médecin urgentologue à l’hôpital de St-Eustache lui explique que Danielle avait été victime d’un accident cérébro-vasculaire.

L’inconnu s’est ainsi matérialisé et transformé en angoisse lorsqu’il a appris que c’est seulement à son réveil que les dégâts pourront être constatés. Le médecin, d’un ton détaché lui a laissé à entendre que Danielle pouvait très bien s’en sortir sans aucune séquelle visible mais il se pouvait aussi que Danielle perde l’usage de la parole et que dans certains cas cela s’accompagnait d’une perte partielle ou totale de la motricité du côté droit du corps, pouvant aller jusqu’à l’obligation de faire usage d’un fauteuil roulante. L’angoisse a duré plusieurs heures avant de céder le pas devant le désespoir quand Mario a appris que l’accident était très sévère et que Danielle souffrait de toutes les pathologies: Perte de motricité entraînant l’utilisation d’un  fauteuil roulant, perte de l’usage de ses membres droits et que son aphasie était totale

Après s’être remise de son ACV, Danielle a été conduite à l’Hôpital juif de Montréal pour 4 mois, puis à celui de Laval pour 3 mois dans le service de neurologie en vue de sa réhabilitation et de son adaptation à son nouvel état. Bien entendu, Mario a été prévenu que lorsque les résultats de la réhabilitation seraient jugés raisonnables, elle serait renvoyée chez elle. Mario a passé du temps pour trouver des solutions alternatives et c’est comme cela qu’il a entendu parler du GRPA et qu’il est entré en contact avec nous pour nous demander ce que nous pouvions lui proposer. Nous lui avons tout expliqué au sujet de ce que nous faisions et il a opté pour venir nous présenter Danielle à son prochain Week-end de sortie en attendant la fin de son séjour. Et c’est ainsi que Danielle a commencé pas à pas à faire partie de notre grande famille.

C’était une femme courageuse, qui n’a jamais baissé les bras et qui se prêtait de bonne grâce aux exercices, à première vue futiles, de nos séances de stimulation du langage et de la communication. Mais Mario n’a jamais été loin et veillait toujours du coin de l’œil aux progrès de Danielle.

Cependant, chez tous ceux et celles qui font un AVC sévère, la faculté à contracter des indésirables complications est développée. Ainsi les cancers, pneumonie, problème cardiaque et autre tumeur sont les accompagnateurs non désirés de leur fin de vie. Au mois d’août dernier, alors que Danielle était diagnostiquée terminale, n’ayant que quelques semaines à vivre, nous avons été invités Francine et moi, à la plus étrange des cérémonies qu’il m’ait été donné d’assister.

Entourés de tous leurs amis et famille, Mario et Danielle se sont juré amour éternel et fidélité au cours d’une cérémonie de mariage et de très bon voyage célébrée par un officiant engagé pour la circonstance, au milieu d’un parterre de fleurs et d’amis, habillés à la demande de Mario, de façon romantique. Danielle était radieuse dans sa robe de mariée, heureuse et souriante à la vie et Mario, lui aussi vêtu de blanc, laissait paraître une sincère émotion qui n’a pas tardé  à gagner tous les participants. Puis trente amis des plus chers pour Danielle et Mario ont été choisis et ont reçu une petite boîte en forme de pyramide avec, pour consigne, de ne l’ouvrir que lorsque l’ordre en serait donné. Mario a ensuite lu ce qui semblait être le fruit des pensées de Danielle et le vœu de bonheur et de santé que les nouveaux ré-épousés adressaient à l’assistance avant que les boîtes ne soient ouvertes, laissant s’envoler une trentaine de papillons symbolisant l’élévation de l’âme de tous. Puis, la fête s’est poursuivie autour d’un buffet et la musique nous a tous fait oublié que le temps pouvait avoir des limites. Six semaines plus tard, Danielle s’éteignait doucement dans sa demeure comme elle l’avait voulu. – VB